Comatose or How Long Before I Pull the Plug on this Blog

The heart monitor shows hills and valleys that look different from one another

the Sodium Chloride bags are changed every two hours providing the necessary fluids

A foley catheter collects dutifully urine

the eyes twitch behind the eyelids

the skin is moist and pale

sponge bath and toileting are given by rough and soft hands daily

moans, throat sounds, snoring, farting sometimes escape

the watch continues

the life beeps and beeps away

in this white, clinical temple

Traffic sounds, party chatters, family feuds, fashion trends press against the glass doors

California drought, genocides and Hillary Clinton, queen of America shout from the TV

wake up

wake up

Make us swoon again under the moon

Blow us kisses from across the room

Make us forget the coming doom

Never die like a TV cartoon

Advertisements

Souvenirs d’enfance ou Tango To Zalaka

A young man holds near him a snotty little boy,

They are sitting in a 80’s Rang Rover.

This picture flashes another memory

The same snotty boy riding a green Mercedes car toy in the living room.

This is the thirst before the rush

And the rush that rides the thirst.

The hair at the back of my head  are dancing

And my heart trumpets like a lost baby elephant.

The sun sits large and wide at the end of the road

Asking to come closer just a little bit more

Where death can’t stop the pulse

Where one beats calls another

Like stars locked in heavenly motion

Trying to find the starting point

For the circle (circus) of the universe.

La chenille

This is a cute little story I wrote just for fun and I think I will translate this into English, but I might have to change a few things because worm just doesn’t have the same prettiness as chenille. I remember to this day that I found the name pretty when I learned it the first time, but the english translation “cartepillar” just doesn’t do it for me as a writer, so this will be an interesting challenge.

La chenille se trimballait sur une feuille morte alors que la lune brillait avec orgueil dans la nuit étoilée et que mon cœur se brisait morceau par morceau. Les jours passaient. La pluie tombait, le soleil brulait et ma douleur m’étranglait.

Pour te perdre, j’accumulai péché sur péché le long des mois ; j’étais animé par des sentiments autodestructifs dont je ne savais m’en défaire.

J’étais la chenille condamnée à ne jamais devenir un papillon, à ne jamais connaitre le vertige des hauteurs ou le parfum des fleurs. J’étais la chenille qui ne sera jamais poursuivi par le rire angélique des enfants et ne connaitra pas non plus la contemplation muette du mélancolique et du penseur.

Je me souviens jusqu’à ce moment le jour de ta transformation, ma chère. Il avait plu il n’y a pas longtemps et le soleil s’admirait à travers les gouttes qui gisaient aux bouts des feuilles. Je m’étais abrité sous une feuille, m’éloignant juste un peu pour me nourrir alors que j’avais laisse mon cœur suspendu sur une branche.

Mon regret éternel à part ma vie gâchée sera d’avoir manqué ta nouvelle naissance. Aucun jour qui ne passe sans que je repasse devant mes yeux la scène ou je découvre ton chrysalis à nue et je vois au loin ta beauté divine naviguer l’air comme les aigles, ces maitres des cieux.

Il me prit encore une semaine avant que mes yeux et mon être et ma vie goute le plaisir de te voir mais c’est fut de courte durée car voilà qu’à tes cotés un papillon t’accompagnait, cherchant à t’impressionner par toutes sortes de valses et d’acrobaties aériennes. Les tourments de l’enfer me parurent douces par rapport à cette vue que j’avais de toi et de mon rival. Et que vous étiez beaux tous les deux ! Et que vous paraissiez insouciants et légers !

Et dans la folie du désespoir, je vous suivis du regard jusqu’à ce que vous disparaissiez, torturant une fois de plus mon cœur. Apres cela, je me mis à la recherche de la mort par tous les moyens/ Je pris soin de me placer sur la route de tout prédateur que je rencontrai, mais les oiseaux, les grenouilles, les lézards et les araignées m’ignoraient sans gêne.

Vint le jour où tu me reconnus et que tu commenças t’approcher de moi, une chauve-souris passa, fit une bouchée de toi, mon cœur et s’en alla. Muet de rage pour quelques secondes, je me mis a hurler qu’il me prenne aussi pour que je sois finalement réuni avec toi, mais il continua a battre des ailes avec insouciance. Apparemment j’étais condamne à mourir de tristesse et de vieillesse. Mais c’est ici que mon récit s’arrête car quelque jours après, j’entendis derrière un battement d’ailes qui me sembla familier et juste au moment où j’allais me retourner, je vis le noir et sentis la salive visqueuse de la chauve-souris.

The man needs his cave

The light is inviting this morning

Kissing the skin of villains and saints

Forcing the shadows in my life to retreat

And make the ugly, beautiful truth

To come out naked

With all the strings loose

Because you can’t let the truth roam free

In these streets for all eyes to see

Underneath your clothes

What god and you have made in the dark

So you bargain with the light

Trace a line in the sand

Where she begins

And you end

The man needs his cave

And there’s going to be a rumble in the jungle

For whoever denies me

My godforsaken, American right

lower your hips

These days I practice the stance of a gold miner

Bent knees and lowered wait

Eyes focused on the streams of life

Sifting thought the drab of routine

Just for the shadow of God

That will appease my thirst

Even as  I stay feverish and shivering

My hair falling by the day

And my flesh sliding off me

In a quiet betrayal

I know as sure as I can feel

My left ear wet

From the lick of Death’s tongue

That my bones will remain standing

My knees bent and my waist lowered

As time gently withers me away

I will turn my days in all angles

Still waiting to find the shadow of God to come along